Il y’a

il y’ a de ces silences
qui dominent tous les bruits
imposé par l’absence
d’un amour sans ses fruits

il y’ a de ces souffrances
à l’écart de tous mots
dans le langage intense
se prononce en sanglots

il y’a de ces moments
que l’on hurle de banir
en « poussant» sur le temps
s’en éloigner au pire!

il y’a de ces endroits
qui nous rappellent ces choses
nous montrant, autrefois
quand nos amours se posent…

il y’a aussi la guerre
avec nos vieilles pensées
qui imposent la misère
de ne rien oublier

il y’a de ces silences
qui sont pires que les bruits
bercés dans l’impuissance
d’un grand amour qui fuit.

© Denis Tremblay
Tous droits réservés